Mars 2019 : Pour février, Diversités Pastel s’associait à DIAM

De gauche à droite : Céline, chargée de programmation du Cinéma de la Scène Nationale / Lionel, co-président de DIAM / Pierre, bénévole de DIAM / Jozef, vice-président de Diversités Pastel, lors de la présentation de Sauvage en présence de l’acteur Eric Bernard. 

Le festival de films LGBTQI+ de Toulouse Des Images aux Mots (DIAM) soufflait déjà ses douze bougies pour cette session de février 2019. L’objectif de l’association du même nom, porté courageusement par des bénévoles, est double : sensibiliser sur les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre au travers d’un support universel, le cinéma, et faire connaître au plus grand nombre une production importante sur ce thème mais qui est rarement le fait des circuits de diffusion grand public. Pour 2019, la programmation en région (sept départements et quinze villes concernés) aura été riche en séances et en rencontres avec des acteurs ou réalisateurs, notamment à Albi.

Diversités Pastel partage l’optique de DIAM. Utiliser un media culturel est l’occasion d’évoquer des sujets qui sont au cœur des projets de l’association LGBTQI+ du Tarn – la lutte contre les LGBT-phobies et l’inclusion des diversités – et ce même de manière sensible ou parfois crue, le tout dans un cadre de divertissement, moins formel ou académique qu’une conférence de spécialiste, par exemple. D’ailleurs, l’intérêt de Diversités Pastel pour l’exposition « Le cinéma contre l’homophobie », dont l’association a voulu et pu faire rapidement l’acquisition grâce à un partenariat avec la MGEN, démontre à quel point ce support de l’image est considéré comme pertinent et fédérateur au sein de notre structure.

Dans un même esprit, l’équipe de DIAM précise : « le cinéma est un art qui est un formidable vecteur d’émotions. Il permet l’identification, la découverte, l’échange avec un public large et varié. C’est donc un bon moyen pour sensibiliser des personnes qui ne le seraient pas autant via d’autres biais. Ces questions sont tout aussi diverses que l’est le cinéma et tout simplement il donne de la visibilité aux diversités et promeut la culture LGBTQI+ ».

Jeudi 14 février, l’esprit de DIAM, auquel s’associait Diversités Pastel, s’était donc délocalisé à Albi au Cinéma de la Scène Nationale, pour une séance d’ouverture plutôt réussie au travers, notamment, d’un long métrage. Sauvage, réalisé par Camille Vidal-Naquet (2018), est un film sans concession et « sans filtre », comme le rappelle l’équipe de DIAM. L’histoire de Léo, qui se prostitue dans la rue pour quelques euros, est assez saisissante et menée « d’une fine intelligence humaine » (DIAM). En 99 minutes, le réalisateur décrit un moment d’une vie de perdition voire d’autodestruction de ce garçon de 22 ans en mal d’amour, symbole de nombre d’escortes ou prostitués de rue.

Comme le rappelle Eric Bernard, acteur présent lors de la séance, qui a largement et généreusement échangé avec le public, les thématiques abordés dépassent le simple cadre LGBT, pour faire écho à cette volonté de DIAM de dépasser la condition homosexuelle pour évoquer l’universel : l’errance des jeunes, qui les poussent vers une vie motivée par des pulsions instinctives, la précarité, la violence psychologique socialement admise comme réflexe et devenue ordinaire…

Au final, Léo, dont le prénom est à peine cité, comme pour tous les protagonistes, volonté du réalisateur de rendre les personnages anonymes, mais aussi la temporalité absente, et les lieux indéfinis et indéfinissables, constitue une figure dont le cheminement est digne d’une Passion, une vie sacrifiée à une quête d’amour sans limite et utopique : jusqu’à cette scène suggérée de torture, dont il sort le visage et le torse ensanglantés, avant une renaissance auprès d’un homme plus mûre qui prend soin de lui, avant qu’il reprenne sa liberté pour revenir à son état sauvage.

Outre la diffusion du film, le public a pu échanger autour d’un verre de l’amitié et de l’exposition de Diversités Pastel « Le cinéma contre l’homophobie ». Notre association se joint ainsi à DIAM pour remercier Eric Bernard de sa présence et de sa disponibilité ainsi que le Cinéma de la Scène Nationale pour son accueil.

Tony KUNTER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *